Tout Costa Rica BLOG

Itinéraires au Costa rica. Préparer son voyage grâce à 1000 expériences vécues.

CARNET DE VOYAGE DE 6 SEMAINES (AU LIEU DE 8!) AU COSTA RICA

Pour fêter notre retraite, prise au 1er janvier, Barbara et moi (Philippe) décidons de partir 8 semaines au Costa Rica et 1 semaine à Bocas del Toro au Panama (du 30 janvier au 01 avril 2020). Partis de Chambéry, nous embarquons à Genève. Arrivés au Costa Rica, nous nous rendons chez Pierre B&B à Alajuela. Charlotte et Valentin, le lendemain, nous délivrent plein de conseils pour voyager dans les meilleurs conditions possibles, nous donnent de bonnes adresses et valident notre itinéraire.

Le premier jour, nous allons faire une virée à San José, ville sans grand intérêt (+) mais nous avons apprécié la visite du musée de l'or (+++) et  le marché central (++).

Nous partons le lendemain, avec "Shuttle Caribe", pour Bocas del Toro: longue journée de buseta, fastidieuse au vu de l'état des routes et de la circulation intense entre San José et Limon (comptez une moyenne de 40 km/h) . Nous avons passé la frontière à Sixaola, pris une heure environ pour les formalités douanières, puis nous sommes arrivés à Almirante pour prendre la lencha pour la ville de Bocas. Nous avons séjourné une semaine chez Fabienne et Benoit qui tiennent un lodge sur l'île de Solarte: fabuleux (++++). Nous avons fait chaque jour, des excursions, des visites inoubliables (+++) dans un cadre naturel tropical unique (++++). Nous ne développerons pas cette semaine dans le détail puisque le sujet principal, ici, est le Costa Rica.

De retour à San José, nous louons une voiture, par l'intermédiaire de Pierre et nous voilà partis pour nos premières excursions au volcan Poas en passant par Fraijanes où nous nous arrêtons pour manger des fraises et des mûres ! le beau temps aidant, nous pouvons voir le fond du cratère (+++). A noter de beaux paysages sur la vallée centrale sur cette route (++). Le lendemain, nous allons à La Paz Waterfalls gardens: premier contact avec la faune et la flore du pays et belle promenade vers plusieurs cascades (+++). L'entrée est un peu chère comme souvent au Costa Rica mais c'est pour la bonne cause écologique ! Nous avons aussi visité la finca Dakota Estate, plantation de café (++).

Nous quittons San José pour Orosi: charmant village niché dans une belle vallée. Nous logeons 3 jours à "Hotel y villas Orosi Valley", nouvel hôtel au très bon rapport qualité-prix (+++). De là, nous allons au volcan Irazu (+++), au jardin botanico Lankester (++), passons à Cartago, visiter la basilica de nuestra señora de los Angeles (++). Du mirador Orosi (++), nous avons une superbe vue sur la ville et el lago de Cachi. Nous faisons le tour de cette retenue et faisons une halte à la casa del soñador (scultures en bois)(+), au barrage (+) et aux ruines d'Ujarras (++). La petite église d'orosi est croquignolette (++) avec son cloître attenant (musée). Profitez d'Orosi pour ses bains d'eaux chaudes (++) et sa gastronomie locale: truite saumonée (++). A noter ici comme ailleurs que si vous commandez une pizza, attention, la "petite" correspondant à une "grande" chez nous ! Enfin, nous avons visité la finca de café Cristina: visite bon enfant par l'intéressée dans un mélange d'anglais et d'espagnol (+++).

Puis nous avons fait une halte d'une journée à Turrialba pour voir le site précolombien Guayabo (++). Ville sans grand intérêt par ailleurs. Nous n'avons pas testé le canyoning, spécialité locale !

De Turrialba, nous allons à Cahuita, sur la côte caraïbe. La route d'Orosi à Siquirres via Turrialba est agréable et moins fréquentée que l'axe San José - Siquirres. Le tronçon Siquirres-Limon, tout en travaux (ils font une 4 voies) est pénible à conduire. Nous restons 4 jours à Cahuita dans un airbnb "Casa Melocoton". Nous aurons,ici, à subir nos deux uniques jours de pluie du voyage. Cela ne nous a pas empêché de visiter el  parque nacional (+++): capucins, rato-laveur, paresseux, toucan, signes hurleurs,...au programme, de faire une excursion chez les Bribris (+++), indiens avec lesquels on a fait du chocolat à partir des graines séchées. Le chef du village a pris le temps de nous expliquer les vertus des plantes alentours et nous a raconté des histoires à l'intérieur de la hutte des Chamanes nouvellement construite. Au retour, près des cascades, vous verrez plein de petites grenouilles orangées (dendrobates). Nous sommes allés à Puerto Viejo, très américanisée (surf) pour aller à la plage Chiquita, moins fréquentée. Enfin faites une visite à "Tree of life" où sont récupérés des animaux en danger, visite uniquement en anglais (++). On nous a déconseillé la visite du "Sloth sanctuary" (paresseux) de Cahuita et du "Centro de Rescate Jaguar" de Puerto Viejo : chers et mercantiles.

Nous avons poursuivi jusqu'à Manzanillo où nous sommes restés 2 jours, village au bout de la route avec une réserve moins intéressante que celle de Cahuita (+), vite arrêtés par la boue même en saison sèche. Louez un vélo pour aller à Puerto Viejo. Ce fut une halte caribéenne reposante. Grande plage avec une épave de chalutier !

Maintenant, nous nous dirigeons vers Tortuguero. De nouveau, route difficile entre Limon et Guapiles. A la sortie de Guapiles, nous avons assisté à une vente aux enchères de bétail, dans une grande halle fréquentée par les vaqueros locaux (++). Belle route jusqu'à la Pavona où nous avons laissé notre voiture au seul parking surveillé et sécurisé. A l’embarcadère nous avons pris ne lencha et descendu le rio où se pavanent quelques caïmans. Tortuguero est un village, touristique en journée (groupes), plus calme et plus authentique le soir (++). Séjour de 2 nuits à l'hôtel Tortuguero Natural (++). La visite du parc terrestre national est décevant mais nous vous recommandons de faire une virée au lever du jour en canoë (adressez-vous à l'Acari garden hostel au bord du terrain de foot) dans les canaux bordés de végétation luxuriante (+++), trop bien !. Une autre excursion est aussi très bien, celle du Cerro Tortuguero (300 m d'altitude) : on y a vu beaucoup de signes (capuccins, singes araignées) et on a une vue magnifique sur le village et les canaux alentours (+++). Le soir, rien de tel qu'une bonne bière à la Taverna pour le coucher de soleil et un pollo caribeño chez Miss Myriam (le meilleur de notre voyage).

Nous quittons Tortuguero pour la région de Sarapiqui, des bananeraies de la région de Cariari nous passons aux champs d'ananas. Au passage, nous avons remis dans le bon chemin (c'est à dire un arbre) un paresseux qui s'était mis dans l'idée de traverser la route nationale ! Peu après Puerto Viejo de Sarapiqui, nous nous sommes arrêtés 2 jours à la Finca Sura, ferme familiale tenue par Don Rodolfo (+++). Visites guidées le jour et le soir par Rodolfo ou son neveu Alejandro: la culture du yucca, des ananas, du curcuma, du gingembre, du poivre, du café, et de biens d'autres essences n'auront plus de secrets pour vous. Le soir, vous rendrez visite aux grenouilles aux yeux rouges. La femme de Rodolfo, aux fourneaux, vous comblera au dîner avec un poisson grillé (guapote o tilapia). Vous y verrez aussi des iguanes, un beau caïman, Mathilde la cochonne, des tas d'oiseaux: zopilote (urubu noir), tangara, martin-pêcheur, ... vous admirerez les palmiers rouges, les crotons, les pétrées volubiles, les fleurs de papier, etc... et bien sûr le Sura, grand arbre majestueux et centenaire. Un peu plus loin, à la Virgen, nous avons été à la reserva biologica Tirimbina (++): pas vu d'animaux mais forêt primaire et secondaire riche en essences avec notamment le géant Ceiba. Pour accéder à la réserve de l'hotel Tirimba où nous avons passé la nuit, il vous faut emprunter un pont suspendu de 265 mètre de long qui enjambe le rio Srapiqui. Juste à côté, nous nous sommes octroyé une journée de farniente au Rainforest lodge (+++): belle piscine dont le gardien est un basilic Jésus-Christ qui y a élu domicile. On peut s'y restaurer agréablement et pour un prix tout à fait correct.

Prochaine étape: El Castillo, au bord de la laguna Arenal dans l'hôtel El castillo del Arenal, 3nuits. C'est un petit village avec vue imprenable sur le volcan Arenal (+++) qui a bien voulu se découvrir à notre arrivée. De là, ballade le long du lac (++), sur les flancs du volcan (Arenal observatory) (++), pause à La Fortuna et journée détente dans les eaux thermales chaudes du "Baldi hot springs", les moins chères mais pas les moins belles ! (++). Visite très intéressante au conservatorio de mariposas (++) dans le village. Bon restaurant à conseiller: Amigos, la piña colada est ici parfaite !

Nous partons en longeant la rive nord de la laguna jusqu'à Nuevo Arenal. Nous prenons alors la route 143 puis la route 138 que nous croyions asphaltées mais qui se sont avérées des pistes difficiles que notre 4x4 (et Barbara) a su négocier pour nous rendre à notre destination: Caño Negro ! Encore un autre paradis sur terre ! C'est une réserve aquatique où nichent de multiples oiseaux (hérons tigre, martin pêcheur, anhinga, Tantale, Ibis, Marabout, Grande aigrette, carouge, petit héron, cormoran vigua, courlan brun, aigle pêcheur, bec en sabot, ... mais aussi des centaines de caïmans ! Fabuleux ! (++++). Pour voir tous ces animaux, vous devez prendre un guide et vous levez tôt ! Nous vous conseillons Andrea, originaire de Locarno, qui est un passionné. il parle français, italien, anglais et espagnol. Il tient avec ses parents l'hôtel-restaurant " hotel de Campo" (+++) que nous vous recommendons. 

Nous revenons à Nuevo Arenal où nous serons logés à l'Agua Inn (++). Nous profitons de ces deux nuitées pour faire tout le tour de la laguna de Arenal, que de la piste ! (++) (beaux points de vues, plusieurs rios à franchir en 4x4). Petite halte à la German bakery pour goûter aux pâtisseries et aux bretzels (++)!

De la piste, on va encore en manger pour rejoindre Santa Elena où nous séjournerons 2 nuits ! Village touristique, en altitude, réputé avec sa voisine Monteverde pour ses forêts nimbées de brumes, (mais nous, nous avons eu un temps dégagé mais un vent à décorner les bœufs !). Pendant les deux jours sur place nous avons testés "100% Aventura" (+++) avec la plus longue tyrolienne du pays (1590 m), son saut de Tarzan (45 m de hauteur) que seule Barbara a eu le courage de faire ! et nous avons fait la reserva Curi Cancha (+++) où j'ai pu voir cet oiseau qui m'a toujours fasciné: le Quetzal ! mais on y voit aussi des colibris comme un peu partout au Costa Rica.

Après la fraîcheur de la cordillera de Tilaran, nous plongeons dans la péninsule de Nicoya et son climat chaud et sec.  Nous faisons l'impasse sur les belles plages du nord du Guanascate, un peu trop touristiques à notre goût, squattées par les surfeurs nord-américains pour nous rendre au sud de Samara à Corozalito chez Randall à "Corozalito turtle lodge" (+++) où nous nous reposons 4 jours. Chez Randall, on est loin de tout (45 mn de piste de Samara avec sa belle playa Carillo et son centre actif) mais on est proche du paradis: playa San Miguel, Playa Coyote, désertes, immenses à l'eau chaude comme dans votre baignoire; playa Corozalito où la nuit, Randall vous emmène voir la ponte des tortues olivrâtres (le lendemain des bébés tortues ont éclos, d'une autre ponte bien évidemment !). Chez Randall, vous pouvez voir les aras rouges (lapaz), les capucins (mascara blanca), les signes hurleurs (mono congo) , plein de fruits et de plantes notamment un ficus géant de 200 ans, vraiment impressionnant par ses mensurations ! Soit vous vous ferez à manger en allant à la petite épicerie (pulperia) du hameau, soit la femme de Randall vous concoctera des bons petits plats au dîner (c'est mieux). 

De Corozalito, nous décidons de rejoindre Santa Teresa et Mal pais par la piste qui longue la mer: il vous faudra franchir le guet du rio Ario et passer par la plage au nord de Manzanillo à marée basse (Randall nous a donné les horaires des marées). Donc ce n'est possible qu'en saison sèche et qu'en 4x4. A Santa Teresa nous allons chez Javier,  2 nuits qui gère l'hôtel Buenos-Aires (normal, il est argentin et prononce les j comme des ch !). Superbe vue sur l'océan où les surfeurs affrontent les vagues mais finissent toujours pas tomber (pas vu un surfeur plus de 10 secondes sur sa planche !) et quel coucher de soleil ! Ici, il y a de belles plages mais aussi des rochers qui rappellent la Bretagne ! le restaurant de l'hôtel est parfait au bord de la piscine.

Après ces deux jours de repos nous reprenons la piste pour aller à Cabuya, pas très loin. Nous irons chez l'habitant (belge) où nous verrons: agouti, tatou, signes hurleurs, capuccins, poules sultanes, iguanes. Pendant ces deux jours nous irons à la isla Cabuya et son curieux cimetière, nous attendrons le retour des bateaux de pêche pour acheter le pargo et surtout nous irons la reserva del Cabo Blanco (+++). Ballade 16 km aller-retour demandant une bonne condition physique durant laquelle on peut voir des biches, des tamanoirs, des hurleurs, des coatis (que l'on rencontre facilement au Costa rica), des pics "woodpecker",... Nous longerons la côte jusqu'au village de Montezuma (++) le long de laquelle s’égrènent plusieurs jolies plages, terrain de chasse des pélicans. En sortant de Cabuya, arrêtez-vous pour voir un impressionnant figuier étrangleur centenaire.

On remonte la côte de la péninsule de Nicoya jusqu’à Tambor (++) et sa baie. Nous logerons au Fidelito Ranch, 3 nuits. Tambor est un petit village avec une grande plage que survolent les aras rouges le soir. A proximité se trouve la réserve Curu (+++) qui offre de belles promenades en forêt. Là encore on y croise des animaux sauvages mais le plus amusant a été que l'on ait pu monter dans des arbres, de petites hauteurs, en compagnie d'une tribu de signes capucins qui avaient décidé d'y faire leur sieste. Nous sommes restés ainsi à 2-3 mètres de ces animaux sans qu'ils en soient plus effrayés que ça. Nous avons observé les femelles avec leurs petits, les juvéniles et les mâles qui, quand même, manifestaient de temps en temps leur mécontentement à partager leurs arbres avec nous, en nous jetant des regards hostiles et en nous montrant témérairement les crocs. Quelle joie qu'ils nous aient fait autant confiance !

Le lendemain, nous apprenions que la France était confinée et que les frontières allaient bientôt se fermer. La faute à un animalcule appelé COrona VIrus Disease 19, issu d’animaux sauvages capturés, commercialisés pour des raisons moyenâgeuses au profit d'hominidés sclérosés et abâtardis, tout le contraire des costariciens qui respectent les animaux sauvages, comprenant leur indispensable présence sur Terre. De la biodiversité dépendra notre vie !

Nous voilà donc à prendre le ferry à Paquera pour Puntarenas. Nous allons à l'aéroport Juan Santamaria où les nouvelles sont mauvaises nous incitant à nous inscrire sur une liste d'attente pour un vol vers la France. Finalement le soir même, 19 places se sont libérées et nous étions en 17ème position. Nous décidons qu'il est plus sage de rentrer au pays et de proposer mes services à mes ex-collègues soignants s'ils en font la demande.

Voilà, confinés, je n'ai pas repris mon ancien métier car heureusement, en Savoie, on est moins touché qu'ailleurs. Nous nous sommes dit qu'il fallait finir ce voyage et explorer la côte du Pacifique central et la péninsule d'Osa comme prévu initialement. Aussi, si nous le pouvons, Ojala ! nous retournerons l'année prochaine au Costa Rica 2 semaines et voyagerons aussi à travers le Panama 6 semaines, avec l'aide de Toutpanama et Marc, voir les îles San blas et les indiens Kunas, le Darien et les indiens Emberas, les indiens Naso à la frontière du Costa Rica, faire le carnaval à Las Tablas et surtout retourner à Bocas del Toro chez Fabienne et Benoit pour savourer la Pura Vida !

Barbara et Philippe

Vues : 65

Commenter

Vous devez être membre de Tout Costa Rica BLOG pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Tout Costa Rica BLOG

Devis en ligne gratuit et sans surprise !

GPS, 2nd conducteur, kilométrage illimité, assistance 24h/24h et assurance tous risques avec franchise OFFERTS !

Découvrez le livre de Pierre !

Discussion Forum ToutCostaRica

© 2020   Créé par ToutCostaRica.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation